HAUT DE PAGE ▲

Eugène Veilleux

 

 

Il était une fois un Beauceron avisé à qui il est arrivé de troquer la charrue pour la mise en bière. Oh non! Pas une brasserie. Loin de là. Il s'agit en fait d'une occupation qui n'a rien de ludique mais qui consiste à faire oublier à tout le monde ce que la mort peut avoir de lugubre. L'histoire commence en 1908 quant Évangéliste Veilleux et Joséphine Lessard ont un fils. Il s'appellera Eugène qui signifie bien né.

Eugène étudie sagement à Saint-Georges et à Beauceville, puis reçoit sa formation écologique au sein de la grande nature en contribuant au bon rendement de la ferme familiale. Le 24 août 1932, ayant rencontré sa bonne fée qui porte le nom lumineux de Claire Roy, il l'épouse. À l'instant même, le voilà transporté dans un autre univers. Cette fois, les odeurs n'ont plus rien de commun avec la glèbe. C'est un monde où les parfums et les aromates tiennent tête à la putréfaction --- quelque temps du moins.

La destinée a voulu que le père de la belle ait établi son royaume à l'entrée d'une nécropole. Depuis 1890 en effet, Gédéon Roy règne en maître sur l'incontournable spécialité du linceul qui fait que chaque habitant est un client éventuel. Fort de ce métier honorable, Eugène Veilleux élève confortablement ses deux fils, Louis-René et Michel. Dès 1934, il va à Montréal étudier la thanatopraxie ; environ 25 ans plus tard, en 1959, il se rendra à Boston pour connaître les plus récentes innovations dans son domaine.

Il vient d'avoir 40 ans quand il fait construire le premier salon funéraire qui subsistera jusqu'en 1980 à l'emplacement actuel, sur la 1re Avenue à Saint-Georges ouest. Quand monsieur Veilleux incorpore son entreprise, en 1965, elle a eu le temps d'essaimer dans plusieurs paroisses à proximité de Saint-Georges. À ce moment-là, Eugène en est le président, Claire Roy vice-présidente et Louis-René secrétaire-trésorier.

Eugène Veilleux a contribué au bon fonctionnement de la chose publique. Lui, qui n'a pas assisté à la réunification des deux villes, a eu le temps de servir à titre d'échevin de Saint-Georges ouest durant deux termes. Ce qui ne l'a pas empêché, comme son épouse d'ailleurs, d'être membre de plusieurs organismes participant à la vie de la cité, jusqu'aux sports auxquels il a su offrir son concours, commanditant à tour de rôle une équipe de balle-molle, une de ballon-balai (fort populaire à l'époque) et un club de hockey.

Il va de soi que le tout Saint-Georges est au rendez-vous quand, en 1980, arrive le tour d'Eugène Veilleux d'être client de la maison Gédéon Roy lancée par son beau-père. Une deuxième page vient d'être tournée dans le grand livre d'une entreprise familiale avantageusement connue dans toute la Beauce. La page suivante s'écrira entre 1980 et 1998 et qui plus est, une 4e page a déjà reçu son élan initial dans le 3e millénaire, celle du petit-fils, René Jr Veilleux.

- Société historique Sartigan

 

SUIVEZ-NOUS
GÉNÉALOGIE DE
LA FAMILLE ROY »
CONSULTEZ LA
GALERIE VIDÉOS
PRÉ-ARRANGEMENTS
FUNÉRAIRES »
Septembre 2017
DLMMJVS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
26
27
28
29
30
       
Parc commémoratif